Agrément du Ministère de l'Intérieur N° NOR INTD 1305730A
Contactez-nous :
01 46 22 47 67 (Ile-de-France)
02 31 64 75 34 (Nord-Ouest)
03 87 18 01 37 (Nord-Est)
04 94 05 05 06 (Rhône-Alpes)
04 94 05 05 06 (Sud-Est)
05 46 06 60 40 (Sud-Ouest)

Le « Fait Maison » fait un flop : vers une nouvelle définition du label

Courant juillet dernier, le logo « Fait Maison » faisait son apparition chez les restaurateurs. Après plusieurs mois d'existence, il semblerait que ce dernier ne fasse pas l'unanimité. C'est la raison pour laquelle une nouvelle version devrait être présentée dans les mois à venir.

le logo Fait Maison

En effet, le label serait trop « tolérant » dans la mesure où il entend concerner les plats préparés à base de produits surgelés et/ou sous vide faits sur place. Nous sommes de toute évidence un peu loin du véritable plat fait maison puisqu'il s'agit aujourd'hui d'inclure dans le « fait maison » les plats retravaillés, incluant l'ensemble des produits surgelés, sous-vide...

 

Au regard du flop évident de ce nouveau label et surtout de la suspicion que ce dernier emporte auprès des consommateurs, l'éligibilité audit logo des produits semi-finis, surgelés et sous-vide va être revue. L'objectif est donc de rendre ce label plus restrictif. Ainsi, il devrait être pris en compte désormais, la véritable notion de « fait maison » telle qu'elle est réellement attendue.

 

Ce label doit être un gage de qualité et de confiance auprès des consommateurs qui s'attendent assurément à déguster de véritables plats fait maison de A à Z et non pas, comme c'est le cas aujourd'hui en l'état actuel de ce dernier, des préparations à base de produits surgelés et, ou sous-vide, simplement retravaillés.

 

C'est pourquoi la secrétaire d'Etat au commerce, Carole Delga, a annoncé ces derniers jours que le label serait revu à la hausse. Il devrait donc être simplifié et ses conditions d'éligibilité durcies d'ici la fin du mois.

 

La transparence inhérente au plat répondant de ce label sera donc plus grande pour les consommateurs. Ainsi, le restaurateur qui se prévaudra de cette mention, devra respecter le processus de préparation de ses plats en partant de produits cru et non plus simplement brut. Si toutefois il intègre dans l'un de ses plats un produit déjà préparé, il devra mentionner la provenance de ce dernier. Les précisions et la composition des plats devront donc être présente pour une meilleure information du consommateur.

 

Néanmoins, il ressortait d'ores et déjà de la première version de ce label, issue du décret du 13 Juillet dernier, qu'il permettait de mettre en avant les restaurateurs en vue de contrôles (plus fréquents pour les établissements apposant ce label sur leurs cartes). En sera-t-il autrement avec le label revisité, rien n'est moins sûr.

 

Il n'en demeure pas moins que cette révision très attendue par une majorité de la profession est un véritable bond en avant, toujours plus dans l'optique d'une meilleure information du consommateur. Il devrait également répondre aux attentes des restaurateurs.

 

L'affaire est donc à suivre, et nous devrions en savoir plus d'ici la fin du mois...

 

 
CBs

Nous acceptons les règlements par Carte Bancaire
Paiement sécurisé avec notre partenaire le CIC

Le Moins Cher en Formation® utilise des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de navigation sur son site. En savoir +