Agrément du Ministère de l'Intérieur N° NOR INTD 1735561A
Contactez-nous :
01 46 22 47 67 (Ile-de-France)
02 31 64 75 34 (Nord-Ouest)
03 87 18 01 37 (Nord-Est)
04 94 05 05 06 (Rhône-Alpes)
04 94 05 05 06 (Sud-Est)
05 46 06 60 40 (Sud-Ouest)

La réforme de la formation professionnelle : où en est-on ?

Menée par la Ministre du Travail Muriel Pinécaud pour Emmanuel Macron, cette réforme annoncée en mars dernier se heurte à beaucoup d’obstacles depuis. Deux objectifs fort à cette réforme : l’individualisation et la libéralisation...

 
Après des débats à l’Assemblée Nationale, au Sénat, et après la censure de certains articles par le Conseil Constitutionnel, le texte de loi a finalement été publié au Journal Officiel le mois dernier.

Parmi les mesures concernant la formation, on retrouve plusieurs éléments importants :

  • Le décompte en euro (anciennement en heure) du compte personnel de formation.
  • L’ajout d’une « transition professionnelle » (anciennement congé individuel).
  • Chaque actif disposera donc de 500€ à 5 000€ (800€ à 8 000€ pour les personnes ne disposant d’aucune formation) pour se former.
  • Les opérateurs de compétence (anciennement opérateurs paritaires collecteurs agréés) assureront le côté technique de la formation.
  • Une institution nationale publique est créée, regroupant le Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnelles, le Conseil National de l’Emploi, de la Formation et de l’Orientation Professionnelle, ainsi que le Comité Paritaire Interprofessionnel National pour l’Emploi et la Formation Professionnelle (FPSSP, Cnefop et Copanef).
  • À partir de janvier 2019, une nouvelle contribution unique à la formation de 0,85% (anciennement taxe d’apprentissage et à la contribution de la formation professionnelle).
  • Le budget alloué aux régions passe à 250 millions d’euros pour promouvoir une égalité au sein des territoires (pour 1,6 milliards d’euros avant) et 180 millions d’euros dédiés à la création de CFA.
  • L’âge limite de l’apprentissage passe à 30 ans (contre 26 ans avant).
  • L’embauche des nouveaux apprentis pourra se faire tout au long de l’année (et non plus les 4 premiers mois de l’année scolaire).

En plus de ces mesures, d’autres sur l’égalité professionnelle, l’emploi des personnes atteintes de handicap ou encore sur les travailleurs détachés. 

On attend de voir si ce texte qualifié dernièrement d’ « anti-fatalité » par Emmanuel Macron, (finalement promulgué après s’être confronté à de nombreux obstacles) pourra vraiment améliorer la formation en France...
 
CBs

Nous acceptons les règlements par Carte Bancaire
Paiement sécurisé avec notre partenaire le CIC

Le Moins Cher en Formation® utilise des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de navigation sur son site. En savoir +